Samedi 30 septembre 6 30 /09 /Sep 17:44
Je suis à la recherche de blouses grises (de celles que portaient les instits auparavant)...
 
Si vous avez cela ou une piste pour en trouver, je suis preneur, c'est plutôt urgent!
Olivier BOTREL
Par oLivier BOTREL - Publié dans : Petites Annonces
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 30 septembre 6 30 /09 /Sep 17:26

Atelier théâtre avec OLIVIER BOTREL

2ème rencontre prévue le lundi 2 Octobre, à 20h 15  salle de Théâtre en Rance.

Il y a déjà 13 inscrits !  N'hésitez pas à les rejoindre et à en parler autour de vous

Cette rencontre, ouverte à tous, hésitants comme convaincus, mêlera présentation et atelier simple afin de faire se rencontrer déjà les personnes présentes et permettre à chacun d‘évaluer son envie.

Cet atelier, dirigé par Olivier Botrel (Théâtre Les Yeux Ouverts), s’adresse aux comédiens amateurs, mais aussi éventuellement aux musiciens, chanteurs, ou danseurs, intéressés par l’idée de confronter leur pratique à celle du théâtre.
L’année sera découpée en deux périodes, avec une présentation publique de “la chose créée” à l’issue de chaque période (janvier et mai-juin?). L’organisation de ces présentations publiques incombera à l’ensemble du groupe.
Une expérience de la pratique théâtrale est souhaitée. L’objectif de l’atelier étant de tendre assez rapidement vers la création, une rigueur et une réelle motivation dans ce sens seront également demandées.
L’objectif de cet atelier est de réunir des personnes avançant dans la même direction, ouvertes à l’inconnu, désireuses de chercher, d’apprendre, curieuses de se laisser guider, et ayant un même désir de s’engager dans un processus de création.
Par Théâtre de l'IF - Publié dans : Atelier Olivier BOTREL
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 24 septembre 7 24 /09 /Sep 11:06

Nancy HUSTON, canadienne , a écrit en 2004 un livre très intéressant, intitulé " Professeurs de désespoir " Ed Actes Sud

Il traite du désespoir destructeur et un tantinet pervers des auteurs de littérature contemporraine et en particulier au niveau théâtral

Je livre à votre réflexion un extrait de ses propos...

"Au théâtre de l’Athénée-Louis-Jouvet, le 6 mai 2003, j’assiste à une représentation d’une pièce de Thomas Bernhard. La salle est comble, l’a été pendant toute la durée des représentations. Qui sont ces spectateurs ? D’âges divers, l’air sympa­thiques, ce sont comme moi des Blancs bien nourris et pas trop mal éduqués, désireux de se montrer “dans le coup”... Suspendus aux lèvres des comédiens, ils suivent chaque réplique de ces dialogues qui, pour moi, sont d’un ennui consternant. Pourtant, de toutes les personnes dans la salle, je suis sans doute l’une des mieux renseignées sur le contexte de la pièce j’ai visité la ville de Vienne, je sais à quoi renvoient les mots de “Josefstrasse” et de “Steinhof”... N’empêche que, tout au long du premier acte

— un échange interminable entre deux sœurs, l’une plus antipathique que l’autre —,je suis pétrie d’ennui. Ces femmes incarnent la petite bour­geoisie conformiste et paresseuse ; elles sont tournées en dérision par les mots qui sortent de leur propre bouche. Surgit enfin, au début du deuxième acte, le héros de la pièce leur frère Wittgenstein/Worringer. Un homme furibard, caustique. Un énergumène. Il éructe, attaque, se moque de tout, parfois avec brillant. Le public est aux anges. L’homme plonge les mains dans le saladier rempli de salade, faisant mine de se les laver. hi salle éclate de rire. Il s’essuie les doigts sur la nappe — ah ! bien fait pour elles, les sœurs stupides, qui ont changé trois fois de nappe pour lui faire plaisir! Il fracasse des assiettes et les sœurs se lamentent — “Oh mon Dieu ! la porcelaine de grand-mère !“ Il jubile bien fait pour elles, con­nasses, attachées comme elles le sont aux objets matériels, aux vieilleries, à l’héritage familial.

Tonnerre d’applaudissements, à la fin... Puis chacun rentre chez soi, rejoint le monde où les liens comptent, où les objets sont symboles por­teurs d’amour et de mémoire, où la courtoisie traduit le respect d’autrui, et où un malotru puéril de la trempe de Worringer serait sèchement et fermement mis à la porte.

Nous devenons schizos, mes amis. Dans le quo­tidien, nous tenons les uns aux autres, suivons L’actualité avec inquiétude, faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour préserver et renforcer les liens. En tant que lecteurs ou spectateurs, au con­traire, nous encensons les chantres du néant, prônons une sexualité aussi exhibitionniste que stérile, et écoutons en boucle la litanie des turpi­tudes humaines. A quoi est dû cet écart grandis­sant, à l’orée du XXIeme siècle, entre ce que nous avons envie de vivre (solidarité-générosité-démo­cratie) et ce que nous avons envie de consommer comme culture (transgression-violence-solitude­-désespoir)?

“L’homme (...) est bon et mauvais, disait George Sand. Mais il est quelque chose encore la nuance, la nuance qui est pour moi le but de l’art.”

La littérature contemporaine aurait-elle renoncé à ce but-là?

Et Si OUI, pourquoi?"

Par Luc CIFER - Publié dans : Réflexions autour du Théâtre
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 23 septembre 6 23 /09 /Sep 18:35
Pour ceux qui ne l'ont pas encore vu,ou qui souhaitent le revoir ou en parler....
        ON N'A RIEN INVENTE
Sera présenté à la salle des fêtes de PLOUER sur Rance les samedi 23 septembre à 20H30 et dimanche 24 septembre 17 H
En soutien à l' association "le chainon de l'espoir " de CORSEUL
mise en scène Béatrice Poissonnier
Avec:Marie claire Douenat
        Christine Roulant
        Valérie Maugard
        Sylvie Marie
        David Almansa
        David Goubin
Par Luc CIFER - Publié dans : "On n'a rien inventé"
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 23 septembre 6 23 /09 /Sep 18:32
   Avec OLIVIER BOTREL ( comédien Professionnel)
                Mise en place d’un atelier de création pour adultes
Une rencontre avec Olivier Botrel, libre d’accès, est prévue le lundi 25 septembre, à 20h salle de Théâtre en Rance. Cette rencontre, ouverte à tous, hésitants comme convaincus, mêlera présentation et atelier simple afin de faire se rencontrer déjà les personnes présentes et permettre à chacun d‘évaluer son envie.
Cet atelier, dirigé par Olivier Botrel (Théâtre Les Yeux Ouverts), s’adresse aux comédiens amateurs, mais aussi éventuellement aux musiciens, chanteurs, ou danseurs, intéressés par l’idée de confronter leur pratique à celle du théâtre.
L’année sera découpée en deux périodes, avec une présentation publique de “la chose créée” à l’issue de chaque période (janvier et mai-juin?). L’organisation de ces présentations publiques incombera à l’ensemble du groupe.
Une expérience de la pratique théâtrale est souhaitée. L’objectif de l’atelier étant de tendre assez rapidement vers la création, une rigueur et une réelle motivation dans ce sens seront également demandées.
L’objectif de cet atelier est de réunir des personnes avançant dans la même direction, ouvertes à l’inconnu, désireuses de chercher, d’apprendre, curieuses de se laisser guider, et ayant un même désir de s’engager dans un processus de création.
 
                                                Olivier BOTREL
      Après un parcours universitaire agrémenté de multiples aventures théâtrales  
(Théâtre des Impromptus, Cie Les Feux de L’Harmattan…) puis une formation professionnelle de l’acteur à « L’œil du Silence » (Midi Pyrénées) il fonde l’association « Les Yeux Ouverts »,
Il axe dès lors une partie de son travail autour de l’expression corporelle et de la relation acteur-spectateur.
Il s’intéresse également aux rencontres entre la pratique théâtrale et les autres pratiques artistiques : marionnettes, danse, musique.
En 2003, Il crée un spectacle avec Thomas SCHMUTZ , musicien, à partir de textes de Victor HUGO intitulé « J’étais pas mal grand », puis un spectacle autour des «  sens ».
 
     ATELIER ADULTE Le Lundi soir, de 20h15 à 22h 30
Par Théâtre de l'IF - Publié dans : Accueil
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Samedi 23 septembre 6 23 /09 /Sep 18:31
Avec   PASCAL ORVEILLON(Comédien Professionnel)
 
L’expression verbale, l’improvisation, le burlesque sont autant de techniques qui peuvent apporter une confiance et un dépassement de soi, en apprenant à réagir face à des situations nouvelles, à s’adapter, à écouter l’autre. Il requiert chez le comédien, tout un panel de connaissances que je vous propose de travailler selon les axes de travail suivants.
LE RYTHME : exercices basés sur le son, la gestuelle et le déplacement.
L’ATTENTION:Transmettre un texte, un sentiment, un comportement avec préparation et concentration.L’élève doit apprendre à écouter les mots, les regards, les silences.
L’ÉVEIL DE L’IMAGINATION:Travail sur les mémoires émotionnelles et sensorielles grâce à divers exercices.
LE PERSONNAGE:Le personnage qui évolue sur scène doit être préalablement construit. Tout d’abord par un travail de groupe puis, par l’élève concerné.
 
Une rencontre , libre d’accès, est prévue le Mardi 03 Octobre, à 20h 30 salle de Théâtre en Rance. Cette rencontre, ouverte à tous, hésitants comme convaincus, mêlera présentation et atelier simple afin de faire se rencontrer déjà les personnes présentes et permettre à chacun d‘évaluer son envie.
 
 
Pascal ORVEILLON
 est issu du cours d’art dramatique du théâtre des Cinq Diamants (Paris 13ème). Il arrive à Dinan en 1990 et entre dans la troupe du théâtre de l’IF. Il y joue: CALIGULA   de Albert Camus en 1991, LA MAISON DIEU de Gabriel NORDMANN en 1992, EN ATTENDANT LES BŒUFS de DOB en 1994
UNE ENVIE DE TUER... de Xavier DURINGER en 1996. (Premier prix au festival national de théâtre amateur à Tours (FESTEA).)
Avec “LES FEUX DE L’HARMATTAN”, il joue LAGARDÈRE, adaptation de l’oeuvre de Paul FEVAL
Avec la compagnie “FIAT LUX”de Didier GUYON, il est de la création du spectacle “NOUVELLES FOLIES”, présenté à Avignon en 2000 et depuis lors, en tournées nationales et internationales.. Allemagne, Belgique, Pays-Bas, Irlande, Grande Bretagne, Portugal, Grèce, Corée. Au cours du festival d’Edimbourg (Ecosse) cette prestation a reçu l’Award du meilleur spectacle 2002.
Il est aussi de la dernière création de la compagnie  FIAT-LUX  « STRIKE » et il crée pour cette même compagnie, les divers spectacles des « DOCTEUR BONJOUR ET DOCTEUR BONSOIR » présentés dans les services de pédiatrie...
 
 
ATELIER ADULTE Le mardi soir, de 20h30 à 23 heures
Par Théâtre de l'IF - Publié dans : Accueil
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 23 septembre 6 23 /09 /Sep 18:23

Vendredi 29 septembre

Répétition pour Christine et Olivier

Vendredi 13 Octobre

Répétition pour tout le monde

Acte 2

Par Luc CIFER - Publié dans : "La Descente d'Orphée"
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Samedi 23 septembre 6 23 /09 /Sep 18:15
Qui sommes-nous ?
 
 
 
Depuis 1980, la troupe existe au travers d'un groupe de participants, de tous les horizons professionnels, dont le nombre varie entre cinq et vingt, et depuis 1989, un noyau d'une douzaine de personnes s'est formé.
 
Jusqu'en 1993, une pièce était montée par année, mais ce fonctionnement s'est avéré assez lourd dans ce qu'il exigeait de disponibilité et frustrant car nous ne répétions pendant un an que pour deux ou trois représentations.
 
Depuis 1994, le but n'est plus de produire un spectacle par an mais de rassembler autour d'un texte (choisi ensemble) des personnes qui y adhèrent et souhaitent tenter l'aventure, en y engageant leur responsabilité, leur disponibilité et leur enthousiasme.
 
C'est ainsi qu'en 1996 ont été proposées deux pièces pour satisfaire les différentes sensibilités : « A la nuit, la nuit » de François BILLETDOUX et « Une envie de tuer sur le bout de la langue » de Xavier DURRINGER.
Cette dernière pièce a obtenu le premier prix au festival national de théâtre amateur de TOURS (FESTEA) en 1997.
 
Nous avons poursuivi avec « BERLIN, ton danseur est la mort » de Enzo CORMANN. Nous avons, avec cette pièce, obtenu le deuxième prix du festival national de théâtre amateur de TOURS en 1999 et le prix d'interprétation féminine au festival international de TANGER en mai 2000 et avons joué cette pièce durant plus de deux ans.
 
Nous nous sommes attaqués à un tout autre registre en 2003-2004 avec « Le saut du lit», une comédie débridée de Ray COONEY, un genre particulièrement difficile et pourtant trop souvent considéré comme un genre mineur : le vaudeville.
 
Depuis 2000, s'enrichissant d'un certain nombre de personnes issues des ateliers, la troupe monte plusieurs projets en parallèles
 
Cette année, la troupe propose 3 pièces :
 - « On n'a rien inventé » texte d'une troupe amateur de Marseille
 
- « Le vent des peupliers » de Gérald Sibleyras qui a reçu le "Prix du Public" et une   "Mention spéciale du Jury " au festival national de théâtre amateur de Tours en Octobre 2005, et « L’Arlequin d’Or » au festival de Théâtre de CHOLET en Avril 2006 .
 
-  « La descente d'Orphée » de Tennessee Williams que nous travaillons depuis plus d’un an et dont la première a eu lieu le vendredi 31 mars 2006.
 
 
 
 
 
 
                                                  Le Répertoire
 
 
 
Titre
 
Auteur
Mise en scène
2006
La descente d’Orphée
Tennessee WILLIAMS
Jean-Jacques LECOMTE
2006- 2005
Le vent des peupliers
Prix du Public et
ARLEQUIN d ‘OR
Gérald SIBLEYRAS
Mention spéciale du
au FESTIVAL de 
Hervé GUEMENNE
Jury FESTEA 2005
CHOLET 2006
2006-2005
On n’a rien inventé
Troupe de Marseille
Béatrice POISSONNIER
2004
2003
Le saut du lit
Ray COONEY
Jean-Jacques LECOMTE
2003
2002
Sous les yeux des femmes garde-côtes
Pal BEKES
Christine CORNELIS
2001
Le Sang des fleurs
Max NALDINI
Jean-Jacques LECOMTE
2000
1999
1998
Berlin, ton danseur est la mort
2ème Prix du Festival
Enzo CORMANN
national de théâtre
Jean-Jacques LECOMTE
Amateur FESTEA
1998
1997
1996
Une envie de tuer sur le bout de la langue
1er Prix du Festival
Xavier DURRINGER
 
national de théâtre
Jean-Jacques LECOMTE
 
Amateur FESTEA
1996
A la nuit, la nuit
François BILLETDOUX
Béatrice POISSONNIER
1995
En attendant les boeufs
Christian DOB
Christine CORNELIS
1993
La Maison Dieu
J. Gabriel NORDMAN
Jean-Jacques LECOMTE
1992
Le Sang des fleurs
Max NALDINI
Jean-Jacques LECOMTE
1991
Caligula
Sélection Bretagne FESTEA
Albert CAMUS
Alain BEKKOUCHE
1990
Le voyage du caméléon
Adaptation
de NIETZSCHE
Yvon TROTEL
1989
Cet animal étrange
Sélection Bretagne FESTEA
Gabriel AROUT
Alain BEKKOUCHE
1989
Le Bouc
FASSBINDER
Yvon TROTEL
1988
Love
Murray Schisgal
Alain BEKKOUCHE
1988
Les larmes amères de Petra von Kant
Fassbinder
Yvon TROTEL
1987
Home
STOREY
Yves GILARDI
1986
Les Trois Soeurs
Anton TCHEKOV
Yvon TROTEL
1985
Huis Clos
Sélection Bretagne FESTEA
Jean-Paul SARTRE
Yvon TROTEL
1984
La Foraine
LEAUTIER
Yvon TROTEL
1983
Mademoiselle Julie
STRINBERG
Yvon TROTEL
1982
Les Mystères de Paris
Adaptation Eugène SUE
Yvon TROTEL
1981
L’Aigle à deux têtes
Jean COCTEAU
Yvon TROTEL
1980
Le médecin malgré lui
MOLIERE
Yvon TROTEL

 
La Pièce
 
 
 
 
 
Val, nouvel Orphée revêtu d'une veste en peau de serpent, perdant magnifique à la guitare en bandoulière, décide d’abandonner sa vie de délinquant et de tout recommencer ailleurs.
Il part au volant de sa vieille voiture avec comme seul bien une guitare, sorte de «talisman » constellé de signatures de musiciens illustres, qui, à l'en croire, le protège.
Une panne le contraint de s'arrêter près de Two Rivers dans le Mississippi. Là, ironie du sort, c’est la femme du shérif qui lui offre l’hospitalité en lui permettant de se reposer dans l’une des cellules de la prison. Elle lui glisse également l’idée de trouver un travail en ville.
Il se fait alors embaucher comme commis par Lady Torrance qui assure, seule, le fonctionnement de l’épicerie depuis que son mari, Job, a été hospitalisé.
L'arrivée de Val va perturber la quiétude mortifère de cette petite bourgade par le
 magnétisme désabusé qu'il exerce sur les femmes. Carol Cutrere, mal vue par les villageois, entreprend de séduire cet individu mystérieux...
Il s’attire rapidement les foudres de la police locale et du mari de sa patronne...
 
Val, médiateur de la Parole, a le pouvoir de mettre au jour l'élément vital, la sincérité émouvante qui sommeille au cœur des êtres et révèle aussi la violence et l'intolérance enracinée dans l'homme.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
L’ Auteur : Tennessee Williams
 
Thomas Lanier Williams, est né le 26 mars 1911, à Columbus dans l'État du Mississippi (il prendra plus tard le pseudonyme de Tennessee en hommage à ses grands-parents qui vivaient dans cet État, à Memphis). Il a passé son enfance chez son grand-père, en compagnie de sa mère et de sa sœur Rose qu’il adorait. Son père, qu'il détestait, était voyageur de commerce et, donc, presque toujours absent. En 1918, à la suite d'un revers de fortune, toute la famille déménage à Saint Louis. Williams déteste son nouvel environnement et la vie qu'il y mène. Plus tard, il s'inspirera de cette période pour écrire The Glass Menagerie. En 1929, il est admis à l'Université du Missouri, qu'il quitte pourtant avant d'avoir obtenu son diplôme à cause des effets du krach économique. Il se retrouve alors employé dans la même compagnie de chaussures que son père. «Cet emploi, dira-t-il plus tard, est un enfer sur terre». Afin de ne pas sombrer dans la dépression, problème auquel il sera d'ailleurs confronté tout au long de sa vie et auquel s'ajouteront l'alcool et la drogue, il écrit des poèmes et surtout des pièces de théâtre : Cairo! Shanghai! Bombay!, Candles to the Sun, The Fugitive Kind.
 
En 1937, il rompt avec sa famille lorsque sa sœur Rose, schizophrène, subit une lobotomie qui la laisse très diminuée (il la prendra en charge lorsque, le succès venu, ses moyens financiers seront suffisants). Il part à la Nouvelle-Orléans puis à New York, où il exerce divers petits métiers. La nuit, il commence à écrire des pièces en un acte. Lorsque les États-Unis entrent en guerre, il est réformé en raison de son dossier psychiatrique, de son homosexualité, de son alcoolisme, de ses troubles cardiaques et nerveux. En 1938, il s'inscrit à l'Université de l'Iowa afin de terminer ses études en théâtre et en dramaturgie.
 
La décennie suivante va consacrer Tennessee Williams en tant que dramaturge exceptionnel, l'un des plus importants du XXe siècle. En 1943, il se rend à Hollywood, engagé par la Metro Goldwyn Mayer pour faire l'adaptation cinématographique d'un roman à succès. Cette tâche l'ennuie et il écrit son propre scénario, que la MGM refuse. Il décide alors d’en faire une pièce, La Ménagerie de verre - dans laquelle il met en scène les personnages de sa mère et de sa sœur - qui sera créée l’année suivante et qui remportera le prix du New York Critics Circle. Avec cette pièce, Tennessee Williams connaît, à trente-quatre ans, une célébrité soudaine.
 
Elle se confirme deux ans plus tard avec le succès de « Un tramway nommé Désir » qui lui vaut un prix Pulitzer.
 
En vingt-quatre ans, dix-neuf pièces de Tennessee Williams seront créées. Les plus connues sont : La Ménagerie de verre en 1944, Été et Fumées en 1948, La Rose tatouée en 1950, Camino Real en 1953, La chatte sur un toit brûlant en 1955, qui lui vaut un second prix Pulitzer, La Descente d'Orphée en 1957, Soudain l'été dernier en 1958, Doux Oiseau de la jeunesse en 1959, La Nuit de l'iguane en 1961.
 
Les années soixante sont très éprouvantes pour Tennessee Williams, mais il continue d'écrire. En 1975, il fait paraître son deuxième roman, Moses and the World of Reason et une autobiographie, Memoirs. En 1980, sa dernière pièce, Summer Hotel, est produite.
 
Le 24 février 1983, Tennessee Williams meurt à New York, sinon oublié, du moins délaissé, seul dans la chambre de l'hôtel new-yorkais où il vivait, un mois avant son soixante-douzième anniversaire. Il laisse pour la postérité plus de trente pièces de théâtre, quatre volumes de nouvelles, deux romans et une autobiographie. Neuf de ses pièces ont été adaptées au cinéma.
 
 
La Distribution
 
 
 
 
par ordre d'entrée en scène :
 
 
JENNY BINNINGS …............ .Marie-Anne LIZE
DOLLY HAMMA .................... Elisabeth LE CORDIERE
LOUIS BINNINGS ................... Eric HEMERY
TOM HAMMA ......................... Bertrand VINEZ
CARO CUTRERE ................... Nathalie SOLLIER
CONSTANCE TEMPLE ........   Céline CHANTOISEAU
ROSE TEMPLE ......................   Aline FORTIN
LE SORCIER ........................... Pierre GUILLO
VAL .......................................... Olivier COLLET
EVE TALBOTT......................... Claudine LECUYER
LADY TORRANCE ................. Christine CORNELIS
JOBTORRANCE ..................... Raymond HOUSSAY
LE SHERIF TALBOTT............. Bernard GRANDJEAN
LE GARAGISTE ...................... Pierre GUILLO
DAVID CUTRERE .................. Jean-Claude LE MAITRE
Mlle PORTE, l’infirmière ..........Nicole LAVIGNE
LE CLOWN .............................. Pierre GUILLO
 
 
 
Décors:
Olivier COLLET et Jean-Jacques LECOMTE
 
 
 
Mise en Scène :
Jean-Jacques LECOMTE
 
 
 
 
 
Nous remercions chaleureusement Daniel CHARLOT, conseiller technique et pédagogique de ROUEN, qui nous a accompagnés, soutenus et conseillés lors de la réalisation de ce projet.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
En pratique :
 
 
 
 
Le texte s'adresse plutôt à un public adulte. Il s'agit d'une des tragédies graves de Tennessee WILLIAMS.
 
Durée: 2 Heures.
 
Décors :
La troupe se déplace avec l'intégralité des décors.
Taille minimum de la scène :
Profondeur : 5 m, Largeur : 7 m, Hauteur : 4 m.
Un passage de circulation pour les comédiens en arrière de scène est nécessaire.
 
Lumières : nécessité de trois branchements minimum sur le plateau reliés à la régie
 
Son :
Nécessité d'un lecteur CD
Enceintes souhaitées en fond de scène
 
Mise en place :
Il est souhaitable pour le confort des comédiens, que la mise en place des décors puisse se faire plusieurs heures avant la représentation.
Temps de montage minimum: une heure
 
 
 
 
Contact:
Jean-Jacques LECOMTE
02-96-27-04-76 ou 02-96-27-01-79
Par Luc CIFER - Publié dans : "La Descente d'Orphée"
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Samedi 23 septembre 6 23 /09 /Sep 18:12
                                 La Descente d’Orphée
 
Nom
Prénom
Adresse
Téléphone
E-mail
CHANTOISEAU
Céline
37, Rue du cas des Noes
22980 PLELAN le Petit
 
06-67-23-09-21
COLLET
Olivier
20, Rue de Coëtquen
22100 DINAN
02-96-87-97-88
06-22-01-37-06
CORNELIS
Christine
Le Domaine
22100 TADEN
02-96-87-01-53
06-84-38-51-40
FORTIN
Aline
5, Rue du Bourg HUREL
22 LAMBALLE
02-96-83-06-18
06-63-71-42-13
GRANDJEAN
Bernard et Nicole
1, Rue Van Beethoven
35760 St GREGOIRE
02-23-25-05-56
06-18-66-37-09
GUILLO
Pierre
15, Rue Guyot
22100 DINAN
02-96-85-11-58
06-86-97-59-54
 
HOUSSAY
Raymond
8, Rue du petit Hôtel
22100 DINAN
02-96-39-80-94
LAVIGNE
Nicole
1, Rue Van Beethoven
35760 St GREGOIRE
02-99-23-69-50
06-19-09-31-76
LECOMTE
Jean-Jacques
La Poterie
22980 Plélan le Petit
02-96-27-04-76
06-22-83-05-32
LE CORDIERE
Elisabeth
13, Rue des frères Gauthier
22640 PLENE JUGON
02-96-31-84-49
06-71-98-43-37
LECUYER
Claudine
La Guérais
22490 PLOUER sur RANCE
02-96-89-18-69
06-18-89-96-22
LE MAITRE
Jean-Claude
Le Domaine
22100 TADEN
02-96-87-01-53
06-84-38-51-40
LIZE
Marie-Anne
21, Rue de la Mairie
22770 LANCIEUX
02-96-86-30-45
06-86-84-44-77
 
VINEZ
Bertrand
12, Rue Rémi Boltz
35400 SAINT MALO
06-66-63-97-73
 
SOLLIER
Nathalie
1, Rue du vieux pont
22130 PLANCOET
 
06-17-32-79-61
 
 
Par Luc CIFER - Publié dans : "La Descente d'Orphée"
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 21 septembre 4 21 /09 /Sep 13:43

Dates des répétitions :

Vendredi 22 Septembre 2006 ...En sachant son texte ...bien sûr !

Par Luc CIFER - Publié dans : "La Descente d'Orphée"
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Calendrier

Décembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
<< < > >>
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus